Attaque par Vague du 19 mai 1916, région de Souain

Remonter

Le 19 mai, ce furent les troupes françaises qui furent à nouveau victimes d’une attaque, dans le secteur de Saint Souplet.

Le front d’émission s’étendait sur 3 km, du boyau Julien à la lisière ouest du bois 16 (de l’ouest de la route de Navarin à Souain à la route de Saint-Souplet à Saint-Hilaire). Dans ce secteur, les lignes n’étaient distantes que de 30 à 100 mètres. Le vent de NE soufflait à la vitesse de 5 mètres par seconde.

Il y eu 3 vagues successives le 19 mai, et une le 21 qui consistait certainement à vider les bouteilles. Le secteur était tenu par les 12e et 127e D.I.. Selon Leclercq, 7 000 hommes environ ont été soumis à la vague. Ils portaient le masque M2 à viseur unique ou à double viseur et quelques TN.

La première vague fut émise le 19 au soir, vers 21h ; elle était destinée à préparer un assaut  Elle fut précédée par un intense bombardement des premières lignes par des obus percutants et en même temps par un bombardement à obus lacrymogènes dirigé sur les batteries.

La deuxième vague fut émise entre 21 et 22h. La troisième fut moins importante, vers 22h40. Les trois vague se présentèrent comme un nuage épais et opaque.

Au lendemain de l'attaque, on dénombra 110 morts. Le 21 au soir, les chiffres furent portés à 109 décès en ligne et 42 dans les ambulances. Ces premières victimes furent surtout des guetteurs des postes avancés, situés de 15 à 30 mètres des lignes allemandes et qui purent mettre leur masque à temps. On dénombra également beaucoup d'intoxiqués parmi les hommes qui retirèrent leur masque trop tôt. Ainsi, le nombre total des pertes sera porté à 600 hommes (0,5% des hommes soumis à la vague) et les décès à 150 (soit 2%).

 

Avis de Droit d'auteur : Toutes les photos et les matériels de site Web sont le Copyright 2003 exclusif de l’auteur  ou appartenant aux déposants respectifs avec leur autorisation et ne peuvent pas être reproduits, stockés dans un système de récupération, ou transmis entièrement ou partiellement, par n'importe quels moyens, électroniques ou mécaniques, la photocopie, l'enregistrement, ou autrement, sans la permission écrite antérieure de l'auteur.