Compagnie 31-3
Accueil Remonter Compagnie 22-31 Compagnie 22-32 Compagnie 22-33 Compagnie 22-34 Compagnie 31-1 Compagnie 31-2 Compagnie 31-3 Compagnie 31-4 Compagnie 32-3

 

 

Compagnie Z du génie 31/3 (deviendra 32/1)
La Cie 31/3 est constituée le 1er avril 1916 avec des éléments provenant essentiellement de la cavalerie.

 

Opération du 28 juin, secteur de Fouquescourt-Parvillers-Andèchy (secteur de la 62e DI), émission avec la 31/1 :

Elle embarque le 22 avril en gare des matelots et arrive le 23 à Quesnel où elle cantonne. Le lendemain, ses cantonnements sont à Rouvry et l'EM à Fresnoy. Le 25, reconnaissance du secteur et le lendemain, piquetage des 135 abris et commencement des travaux ; les terres sont évacuées 100 à 200 m en arrière.

Les abris sont étayés avec des sacs de terre.

 

Le 7 mai, une note de service prescrit de modifier les abris, qui seront approfondis avec 1,75m de terre au dessus au lieu de 0,90.

La Cie est également employée à participer à la construction du centre de résistance et à l'aménagement de la ferme Goret.

Le 20 juin, réception de 2345 bouteilles (94 tonnes de gaz) et de caisses à fumigènes, qui sont montées en ligne jusqu'au 24 ; la Cie est prête à opérer le 25.

Après trois jours d'alertes et d'annulation, la Cie est en place à nouveau le 28 juin. L'émission est déclenchée à 19h00 et s'arrête à 20h45.

Au niveau du secteur tenu par la 62e D.I., des patrouilles sont également envoyées au bout d'1h30, à 22h00. Elles sont accueillis au niveau du réseau de fils de fer allemand par des feux de mousqueterie de front et de flanc et sont contraintes de se replier. A 23H45, un deuxième coup de main est tenté par le 308e R.I. sur le bois carré n°1. Ils trouvent le terrain complètement bouleversé par nos 58T, sans âme qui vive. La galerie souterraine qui servait à le faire communiquer avec la tranchée ennemie est détruite à l'aide de mélinite. La reconnaissance est écourtée en raison des vapeurs de chlore restantes sur le terrain. 15 hommes de cette patrouille seront intoxiqués.

 

Opération du 13 septembre 1916, secteur de la Route d’Amiens à Roye et Andechy  :

Le 20 juillet, la Cie prend note de l'ordre émanant du GAN. La Xe armée devant faire de nouvelles émissions devant le saillant d'Andechy vers le 30 juillet, la Cie doit préparer son émission en venant à Erches et Saulchoy, en se limitant à la route d'Amiens à Roye.

La Cie s'installe donc à Erches et Saulchoy et reconnaît le secteur dès le 22 juillet. 64 abris construits par la Cie 31/1 seront utilisés et 25 nouveaux à douze bouteilles construits. Le front s'étend sur 2400 m. Le 29, 1044 bouteilles sont transportées à Erches dans la soirée ; 492 sont immédiatement montées en ligne. 40 tonnes de chlore seront utilisés pour l'opération, soit un tonnage de 16 tonnes par km. C'est relativement faible, mais il semble que l'objectif de la vague était d'obtenir une concentration importante au cours des premières minutes (cinq bouteilles ouvertes dans les trois premières minutes). 

Lors du portage des bouteilles, un obus tombe au milieu d'un groupe de travailleurs et tue un sapeur, en blessant quatre autres. Les nourrices sont montées sur les bouteilles le 1er août. Une première alerte suivie d'annulation à lieu le 13 août. Ils se succèdent jusqu'au 13 septembre.

Le 13 septembre, alerte à 17h55 ; les positions de combat sont occupées à 20h30 ; le vent oscille entre 4 et 5m/s. La salve signal est tirée à 21h00 ; l'émission dure 1h40 minutes, avec départ des vagues selon le plan suivant :

21h00 : 3 bouteilles chlore seul, vague transparente pour surprendre l'ennemi

21h03 : 2 bouteilles chlore opacite, pour obtenir débit maximum et une concentration la plus élevée possible dans les premières minutes.

21h30 : 2 bouteilles chlore-opacite

22h00 :  2 bouteilles chlore-opacite

22h30 : 3 bouteilles chlore-opacite

La vitesse du vent durant l'opération a oscillée entre 4 et 5 m/s.

Tous les manipulateurs étaient munis d'appareils Tissot, mais dans les anciens abris, l'exiguïté nécessitât le port du masque M2 pour certaines aides. Sept sapeurs ont présenté des symptômes d'intoxication pendant l'opération, dont deux graves, et on été évacués.

La réaction de l'ennemi a commencée à 21h10 par un feu de mousqueterie, puis par un tir d'artillerie. Elle s'est rapidement éteinte, avec reprise du tir d'artillerie sur les deuxième lignes toutes les trois minutes. Aucun tir de mitrailleuses.

 

Le 25 septembre, le capitaine se rend à l'Ecole de Pharmacie de Paris pour y suivre un cours spécial. La Cie se prépare, à partir de la fin du mois de septembre, à l'émission d'une vague de phosgène. Un abri type est construit à Saulchoy pour la mise en oeuvre du matériel de 50 kg.

Opération du 5 décembre 1916, secteur Fouquescourt Andéchy, émission avec la 31/2 : 

Le 30 septembre, reconnaissance du secteur d'émission par les officiers et sous-officiers ; l'émission sera faite avec la Cie 31/2. Les abris de 1er ligne seront remis en état. L'émission préparée par la Cie 31/3 dans le secteur de la 132e DI, couvre un front limité au sud par le chemin Andechy-Guerbigny et au nord par le point de la ligne située à 100m environ au sud de la route Quesnoy-Parvilliers. Le front d'attaque couvert par les deux Cies débute à l'ouest de Fouquescourt et court jusqu'au chemin Guerbigny-Andechy. 165 postes sur le secteur de la Cie sont prévus.

Les abris a construire sont du type normal à douze bouteilles, sous 2 m de terre vierge. Pour y ajouter 6 bouteilles de phosgène, une modification à la partie droite extérieure est pratiquée permettant de loger les 6 bouteilles dans une caisse en bois à la portée des manipulateurs. Les sapeurs construisent des coffrages pour les bouteilles de 50kg de phosgène. Ils sont envoyés en ligne le 9 octobre. A ce jour, la moitié des postes à 18 bouteilles est terminée, 130 abris sont en voie d'achèvement, les 31 abris de la gauche (devant Le Quesnoy) ne peuvent être abordés pour l'instant, la tranchée étant inexistante. Le 10, l'activité de l'artillerie de tranchée ennemie est très intense et nécessite de suspendre les travaux des abris 121 à 165. Trois sapeurs sont ensevelis au cours du bombardement et sont retirés indemnes, mais manifestant un état de stupeur.

Le 13 débute le transport des bouteilles en ligne. Durant les jours qui suivent, de nombreux abris sont détruits par le bombardement. Le 29 octobre, tous les abris (sauf ceux du type allemand) sont garnis de 12 bouteilles chlore-opacite et 3 de phosgène-opacite (qui restent en dehors des abris, en raison de leur contenu fortement toxique en cas de fuites dans les abris). Le portage sera terminé le 7 novembre. La Cie est prête à opérer le 11 novembre. 1980 bouteilles de chlore opacite de 40 kg et 990 de phosgène opacite sont en ligne, soit 106 tonnes de gaz.

Mais les conditions météorologiques vont rester défavorable. Sur ordre du commandant du bataillon Girodin et du commandant du 30e CA, les petites bouteilles de phosgène sont démontées, ainsi que leur tubulure, pour être mises à l'abri dans les postes d'émission, dont les entrées sont ensuite obstruées à l'aide de sacs de sable. Le bombardement des jours suivant nécessite la réfection de nombreux postes d'émission, journellement. Le 27 novembre, les abris sont remis en état de fonctionnement et dégagés, les bouteilles de phosgène mises en position. L'alerte est annulée et tout le matériel est de nouveau mis sous protection. Par ailleurs, il est noté que l'obscurité rend pratiquement impossible le montage des nourrices sur les petites bouteilles.

Enfin, le 5 décembre, la Cie est à nouveau alertée à 4 heures. A 10h00, tout est en place et l'opération débute à 10h30. Cinq vagues vont être successivement lancées.

10h30 : ouverture des 6 bouteilles de phosgène. la nappe est absolument transparente et atteint les tranchées ennemies sans qu'aucune réaction ne soit perceptible. La surprise est totale.

11h00 : ouverture d'une bouteille de chlore-opacite

11h01 : ouverture d'une bouteille de chlore-opacite

11h30 : ouverture de 4 bouteilles de chlore-opacite

12h30 : tir de l'artillerie et des mitrailleuses

12h50 : ouverture de 6 bouteille de chlore-opacite

L'émission prend fin à 13h45.

 

Le 366e, RI déplore 5 intoxications dont 3 légères ; le 363e RI déplore 13 intoxiqués dont 12 légers. La Cie, six sapeurs intoxiqués dont deux légèrement, un sapeur tué par obus.

 

Le 3 janvier 1917, la Cie prend ses cantonnements à Villers-Cotterets. Puis le 16 janvier à Offémont et Tracy le Mont.

Le 18 janvier, reconnaissance du secteur par les officiers, le lendemain en présence des sous officiers. Le 23, piquetage de 67 abris en première ligne. Les anciens abris sont détruits et le matériel récupéré. La construction des chassis débute le 27 janvier. Les travaux se poursuivent jusqu'au 12 mars. Le 13, ils sont arrêtés et la Cie fait mouvement le 16 sur Vieux Moulin. Le 2 avril, retour aux carrières de Tracy Le Mont. A partir du 4 avril, récupération de matériel dans les anciennes premières lignes allemandes.

Emission du 24 août 1917, secteur de Saint-Quentin, saillant de Rocourt, saillant côte 116, avec Cie 32/2 et :

Le 11 juillet, la Cie quitte le cantonnement de Tracy-le-Mont pour s'embarquer à Lamotte et débarquer à Flavy le Martel. Le 17, prise des cantonnements à Urviller, Benay, Montescourt. Le 21, reconnaissance des 1er lignes pour piquetage. 630 bouteilles sont reçues et portées en ligne le 17 août. 630 le 18. Le 19 août, portage de 630 bouteilles (180 BOC et 450 BC). 630 le 20 août (270 BC et 360 BC moyennes) ; commence alors le montage des tubulures.

L'ordre d'alerte est reçu le 23 août à 18h40, mais contre ordre est donné à 22h06. L'opération est reportée pour quelques heures. Le 24 août, à 1h30, l'artillerie déclenche un tir puissant et les bouteilles sont ouvertes sur 10km de front.

Pendant la première phase de 30 minutes, 9 bouteilles chlore-phosgène sont ouvertes (dont 3 type moyen).

La deuxième phase se déroule de 2h20 à 2h40, avec l'ouverture de 6 bouteilles chlore-opacite.

La troisième phase, de 3h10 à 3h30, débute par l'ouverture de 6 bouteilles chlore-phosgène-opacite.

L'émission se termine à 3h30 ; 40 sapeurs sont intoxiqués et évacués.

Le 3 septembre, la Cie fait mouvement par camions de Montescourt à Trosly.

Le 4 septembre, reconnaissance par le sous lieutenant LeRoux d'un secteur en vue d'une opération à effectuer (secteur du 11e Ca, 38eDI, 76e Brigade) dans la tranchée de la mèche. Le 6, le sous lieutenant se rend sur place avec le sapeur Vallée, maçon. Un mur est construit au niveau du labyrinthe du Panthéon ; il est achevé le 8. Le transport du personnel et du matériel nécessaire à l'opération est réalisé par camions automobile de la 6e armée, de La motte à la ferme Hameret. 42 bouteilles sont emmenées sur place. Le matériel est mis en place dans la nuit. Le 9 septembre, l'opération à lieu de 9h00 à 9h45 sous le commandement du général de la 76e brigade.

Le 16 septembre débute l'instruction sur les projecteurs.

Le 29 septembre, arrivée à Chassessy et Boves. Le 2 octobre, prise de contact avec l'EM du 11e CA. Le 4, reconnaissance pour l'occupation de la carrière du Panthéon. Le 7, début des travaux de renforcement d'un abris d'attente à Jouy. 12 octobre, transport de 300 bombes.

29 octobre, installation à Laversine.

Opération du 24 novembre 1917, secteur de Ville aux Bois, avec la Cie 32/2 et 31/2 :

Le 7 novembre, le capitaine commandant le 32e bataillon et les capitaines commandant les Cie 32/1 et 32/2 vont reconnaître les nouveaux cantonnements dans le secteur de Berry au Bac et du 5e CA où  une opération est envisagée. Le lendemain la Cie quitte Laversine pour Chaudardes où elle s'installe. Le 10, reconnaissance dans le secteur du Temple-Ville au Bois ; l'opération est une émission dans le secteur de la 125e DI, qui sera effectuée à l'aide de 500 bouteilles petit modèle, renforcée par un tir de projecteur, à l'est et à l'ouest de la Miette (la Cie 32/2 mettra en oeuvre le même nombre de bouteilles). Le 11, piquetage et aménagement des postes. Le 13, transport aux abris d'attente de 200 bouteilles et 300 le lendemain. Le 21, alerte et mise en place de la Cie de 0h00 à 0h30 et contre-ordre à l'heure H. L'émission a finalement lieu le 24 novembre à 2h30.

 

Le 24 décembre, la Cie fait mouvement de Flavy le Martel à Grand Sérancourt en vue d'une opération par projecteurs. Le 1er janvier, reconnaissances et piquetage le 3. Mais la Cie embarque finalement le 6 janvier et voyage en plusieurs étapes jusqu'à Saint Ménéhould, où elle arrive le 10 janvier. Elle est immédiatement employées à divers travaux en ligne. Elle quitte la région le 24 février pour Jonchery sur Vesles.

Le 29 mars, elles reçoit 500 masques ARS.

Enfin, le 1er avril, elle passe du 1er au 21e Génie.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Avis de Droit d'auteur : Toutes les photos et les matériels de site Web sont le Copyright 2003 exclusif de l’auteur  ou appartenant aux déposants respectifs avec leur autorisation et ne peuvent pas être reproduits, stockés dans un système de récupération, ou transmis entièrement ou partiellement, par n'importe quels moyens, électroniques ou mécaniques, la photocopie, l'enregistrement, ou autrement, sans la permission écrite antérieure de l'auteur.