Les Baillons
Accueil Remonter Les Baillons Les tampons Le gummimaske Le lederschutzmaske Les cartouches Les Selbstretter

 

Le baillons allemand.

Groupe de soldats dont certains portent sur le haut de la poitrine, à gauche, un étui destiné à la protection du bâillon.

 

 

En vue de protéger les fantassins allemands qui devaient suivre la vague de chlore de l’attaque du 22 avril 1915 à Ypres, les Allemands firent confectionner le premier appareil de protection contre les gaz. C’est celui que le pharmacien Léon Launoy, du laboratoire de la 10e armée, analysera et proposera de copier, juste après la première attaque par vague de chlore (voir section These/Chapitre I). Un renseignement provenant de Belgique, à la date du 15 avril 1915, précisait que les Allemands avaient fait confectionner à Gand environ 20 000 bâillons. Ils étaient constitués par une enveloppe rectangulaire de tulle, mesurant environ 8x12 cm, remplie de déchets de coton. Deux cordonnets, fixés à chaque coin de l’enveloppe, permettaient de le fixer sur le visage, en nouant les cordonnets derrière la tête. Le bâillon était placé dans une enveloppe en toile caoutchoutée, mesurant 10x17 cm, pour conserver l’humidité nécessaire à la réaction avec le chlore. La solution neutralisante était composée d’un mélange d’hyposulfite de soude, d’hydrate alcalin et de glycérine (rapport du pharmacien Launoy).

 

 

Dessin du bâillon utilisé par les troupes allemandes, lors de l'attaque sur Ypres du 22 avril 1915.

                    

Ci-dessus : soldats d'infanterie de marine devant un poste d'émission. On distingue le haut des cylindres de chlore, raccordés à de nombreux  tuyaux destinés à l'évacuation du gaz devant le parapet de la tranchée. L'homme au premier plan porte un baîllon de protection (Flandres, 1915).

 

Ci-dessus : fantassins allemands munis de sachets protecteurs. Notez la façon particulière de fixer l'appareil sur l'épaule.
 

 

Extrait du procès-verbal de l'intérrogatoire d'un prisonnier allemand  de la 46e Division, fait le 24 avril 1915 près de Bixschootte :

Le sachet préservateur se compose d'une enveloppe en toile imperméable, ayant 15cm sur 25 cm environ, se fermant par deux boutons à pression ; il contient des déchets de coton. Les sachets sont distribués avant l'action ; les déchets de coton ont dû être préalablement imprégnés d'un liquide sans odeur, car ils étaient encore légèrement humides quand le prisonnier s'en est servi.

A gauche : pochette destinée à la protection du baîllon.

Les sachets sont imprégnés tous les 15 jours ; cette opération se fait à l'arrière. En cas d'utilisation du baîllon, celui-ci doit être à nouveau trempé dans la solution neutralisante. Rapidement, une petite bouteille remplie de solution neutralisante est fournie ; elle permet de saturer le coton de l'appareil, de façon à neutraliser le brome, utilisé depuis juin 1915.

 

 

Les Allemands utiliseront simultanément un appareil vraisemblablement destiné à l’industrie. Celui-ci était constitué par un ‘’groin’’ de caoutchouc, englobant la bouche et le nez. A l’avant, l’appareil est aplati et présente une surface circulaire percée de sept trous, derrière laquelle se trouve un tampon imbibé de substances neutralisantes. Une soupape expiratoire est située sur le dessus et à gauche de l’appareil. Une sangle élastique permet de le maintenir sur le visage.

Masque respiratoire des soldats allemands employés à la manœuvre des appareils chargés de gaz asphyxiants. Il est confectionné en caoutchouc et se fixe derrière la nuque par un élastique. Son extrémité est formée par une paroi percée de plusieurs trous, à laquelle est adapté, à l'intérieur, un tampon imprégné. L'expulsion de l'air respiré est assuré par une petite valve en mica, placée dans un dispositif métallique, situé sur l'un des côtés de l'appareil ( Rapports et procès-verbaux d'enquête de la Commission instituée en vue de constater les actes commis par l'ennemi en violation du droit des gens, Paris, 1916. Clichés de la préfecture de police).

 

Nous cherchons à identifier cet appareil de protection, vraisemblablement d'origine allemande.

Toute information est la bienvenue. 

 

 

Avis de Droit d'auteur : Toutes les photos et les matériels de site Web sont le Copyright 2003 exclusif de l’auteur  ou appartenant aux déposants respectifs avec leur autorisation et ne peuvent pas être reproduits, stockés dans un système de récupération, ou transmis entièrement ou partiellement, par n'importe quels moyens, électroniques ou mécaniques, la photocopie, l'enregistrement, ou autrement, sans la permission écrite antérieure de l'auteur.