Le tampon P2
Accueil Remonter Le tampon P Le tampon P2 Les cagoules Divers Les lunettes

 

Le tampon P2.

 

Fin août 1915, le nouveau tampon polyvalent, appelé P2, commence à être distribué aux armées.

Il est constitué d'une enveloppe rectangulaire, dans laquelle on glisse les compresses neutralisantes.

Dès le 18 août 1915, il contient une première compresse imprégnée de la solution au ricin-ricinate, appelée C1.

La compresse numéro 2, ou C2, imprégnée de phosgiane (protection contre le phosgène), ne commence à être distribuée qu'à partir du 6 octobre 1915.

Enfin, la compresse numéro 3 ou C3, au vinciane (protection contre la Vincennite) n'est distribuée qu'à partir du 22 septembre 1915.

 

Ci-dessus : revue des masques dans la région de Verdun, aux Paroches. Les hommes portent un tampon P2, assujetti au visage grâce à un mouchoir passant sous le menton. Ils portent également différents types de lunettes montées sur des molletons Bertrand.

Le 24 août 1915, une nouvelle notice est envoyée aux armées. Elle décrit en détail le nouveau tampon, fabriqué par l’intérieur, et doit permettre aux armées de réaliser sa fabrication, plutôt que celle des tampons P décrits dans la notice du 3 août. Le tampon P2 est constitué d’une sorte de portefeuille rectangulaire, l’enveloppe. Elle comporte sur l’un de ses côtés, une ouverture fermée par un rabat, qui permettra d’introduire les nouvelles compresses. Trois lames de fer sont cousues à l’intérieur de l’une des parois. Elles doivent permettre de modeler le tampon suivant la configuration du visage et de créer un espace devant les voies respiratoires. Les attaches de l’appareil sont constituées de deux bandes de tissu souple. A l’intérieur de l’enveloppe, on place les compresses de gaze, dont un seul type existe alors, celui imbibé de la solution de ricin-ricinate. Au début du mois d’août, la fabrication du tampon P2 commence. A la fin du mois, les 10 000 premiers P2 sont livrés à la IIIe  armée. Un peu plus tard, la production dépassera les 30 000 unités journalières, mais il ne s’agit toujours que de tampons à une compresse, ne protégeant pas contre le phosgène et les dérivés cyanés.

Au cours du mois d’août, deux solutions neutralisant ces substances ont pourtant été proposées.

L’acétate basique de nickel[1] d’abord, baptisée Vinciane et neutralisant les dérivés de l’acide cyanhydrique. Malheureusement, on rencontra de sérieuses difficultés pour sa production industrielle et les premières compresses imbibées de ce produit ne sortent de l’usine où elles sont produites que le 22 septembre. Elles portent alors le nom de compresse C3 et sont de couleur verte.

Puis, le sulfanilate de soude[2], appelé Phosgiane, est adopté pour arrêter le phosgène. Seulement, on s’aperçoit dès le 23 août que cette substance ne neutralise que de très faibles concentrations de ce gaz. Aucune autre solution n’étant alors envisageable, on finira par distribuer les compresses imbibées de Phosgiane à compter du 6 octobre 1915. Ces compresses, de couleur rose, seront baptisées compresse C2.

Le premier type de compresses pour tampon P2, imbibées de ricin-ricinate portent le nom de compresse C1.

La protection qu’apporte le tampon P2 semble alors excellente. Avec plus de 6 mois d’avance sur tous les autres belligérants, amis ou ennemis, il est le premier appareil polyvalent distribué. La protection dans des concentrations de chlore de l’ordre de 1,6 grammes par mètres cube, pouvait atteindre plus de deux heures. Or, on admet à ce moment que cette concentration ne pouvait être atteinte qu’exceptionnellement dans les attaques par vague gazeuses dérivantes ; c’était malheureusement faux… En réalité, l’optimisme des membres de la Commission serait rapidement tempéré par l’utilisation du tampon P2 dans les conditions réelles au front ; nous y reviendrons.

La production de tampons P2 par l’E.C.M.C.G.[3] sera d’environ 4 500 000 exemplaires, entre le début du mois d’août et la fin du mois d’octobre. Certaines armées en produiront aussi pour leur compte un nombre indéterminé. Le 18 janvier 1916, tous les tampons non imprégnés seront retournés à l’E.C.M.C.G. et les autres, non distribués, finiront selon une note officielle, comme vieux chiffons. Enfin, le 25 février 1916, tous ceux encore en dotation seront supprimés pour être remplacés par des masques TN.


[1] Eudié par Plantefol au laboratoire du professeur Simon, en collaboration avec le professeur Lebeau.

[2] Procédé proposé par les Anglais, étudié par les docteurs Flandin et Banzet, de la faculté de médecine de Paris.

[3] Etablissement Central du Matériel Chimique de Guerre.

Pour la partie historique, voir :

Le tampon P2

Les modifications sur les tampons.

 

Au dessus et au dessous : tampon P2 identifié aujourd'hui comme une fabrication "par l'intérieur", c'est à dire sous contrôle de la DMCG (en opposition aux fabrications réalisées directement aux armées).

Ci-dessous : fabrications probablement réalisées par les armées.

En haut : tampon P2. il est livré aux armées dès la fin du mois d'août 1915 muni d'une seule compresse au ricin-ricinate. Il ne sera retiré du front qu'en février 1916.

En bas : sachet S2, destiné à protéger le tampon.

En haut : détail des compresses du tampon P2.La compresse blanche est celle imprégnée de la solution au ricin-ricinate. La compresse verte est imprégnée d'une solution  d'acétate de nickel, neutralisant les dérivés de l'acide cyanhydrique.

En bas : sachet S2.

 

Les tampons P2 seront livrés dans de nouveaux sachets de protection, plus grands, séparés en deux par une cloison transversale permettant d’isoler le tampon d’un côté et les lunettes de l’autre ; il prend l’appellation de sachet S2. Initialement, à défaut de tissu caoutchouté, il est confectionné en tissu teint en bleu violacé. Par la suite, de nouvelles disponibilités en tissu étanche seront constituées et ils seront taillés dans de nombreux types d’étoffe (certainement plus d’une vingtaine différentes, rien que pour la production du Matériel Chimique de Guerre). Les armées en produiront également et dans certains secteurs, des modèles bien spécifiques seront testés.

 

Estimation de la durée de protection du tampon P2 :

Chlore à 1,6 g/m3 (concentration moyenne obtenue à découvert à 25 mètres du point d'émission) :

plus d'une heure.

Rapport à la Commission du 19 novembre 1915 par Mr Lebeau (deux expérimentateurs dans une chambre de 40m3)  :

Palite : 10 minutes à 0,25g/m3

Chlorosulfate d'éthyle (C-Stoff) : 3 minutes à 0,25g/m3.

Methyléthylcetone Bromée : Quelques minutes à 0,025g/m3

 

 

Avis de Droit d'auteur : Toutes les photos et les matériels de site Web sont le Copyright 2003 exclusif de l’auteur  ou appartenant aux déposants respectifs avec leur autorisation et ne peuvent pas être reproduits, stockés dans un système de récupération, ou transmis entièrement ou partiellement, par n'importe quels moyens, électroniques ou mécaniques, la photocopie, l'enregistrement, ou autrement, sans la permission écrite antérieure de l'auteur.