Les premiers masques

Accueil Remonter Les premiers masques Masques polyvalents Les masques T et TN Le masque M2 L'ARS Masques Tissot App. isolants 1920  a 1940

 

Remonter
Les baillons
Les cagoules
Les compresses
Divers
Le STG
Les lunettes

 

 

Sont classés ici les premiers masques utilisés, d'avril 1915 à juillet 1915.

Ils sont imprégnés d'une solution à l'hyposulfite, copiée sur celle utilisée par l'Allemagne.

Cette solution ne protège les voies aériennes que contre le chlore et le brome en faible concentration.

 

 

Photographie prise au 30e Groupe de brancardiers divisionnaires par le pharmacien Golse.

A gauche :bâillon petit modèle à l'hyposulfite ; il ne protège que contre le chlore.

Au centre : cagoule ricinée, apportant en plus une protection contre les lacrymogènes. 

A droite : tampon P2 polyvalent.

Le chlore est un gaz suffocant. Il provoque chez le sujet qui l’inhale à forte concentration, une douleur intense dans les voies respiratoires associée à une toux violente, pénible et douloureuse s’accompagnant rapidement de crachements de sang. Le sujet suffoque et la mort peu survenir en quelques minutes par anoxie, l’oxygène ne passant plus dans le sang. Les effets mortels peuvent cependant n’apparaître qu’après un certains laps de temps, variant de trente minutes à quatre jours.
  

22 avril 1915, secteur de Langemarck. Le lieutenant Jules-Henri Guntzberger du 73e R.I.T. est en première ligne. Soudain, vers 5 heures du soir, son attention est attirée par des vapeurs qui s’élèvent des tranchées allemandes. « J’ai vu alors un nuage opaque de couleur verte, haut d’environ dix mètres et particulièrement épais à la base, qui touchait au sol. Ce nuage s’avançait vers nous, poussé par le vent. Presque aussitôt, nous avons été littéralement suffoqués, comme par des allumettes soufrées qu’on aurait brûlées sous le nez. Nous avons dû nous replier, poursuivis par le nuage. J’ai vu, à ce moment, plusieurs de nos hommes tomber, quelques-uns se relever, reprendre la marche, retomber, et, de chute en chute, arriver enfin à la seconde ligne ».

Les Allemands lancent la première offensive chimique de l’histoire ; ils prennent les troupes françaises complètement au dépourvu et leur cause de nombreuses pertes. La situation est jugée comme extrêmement préoccupante par les autorités françaises. Le plus pressant est alors de pouvoir fournir un moyen de protection efficace à l’ensemble des armées. Sur place, le pharmacien major Didier est envoyé en mission à Boesinghe. Il détermine ainsi la nature du gaz utilisé par les allemands, du chlore, et recueille plusieurs appareils de protection allemands. Un autre pharmacien, le caporal Launoy, recueille et analyse un bâillon protecteur allemand et détermine la composition de la solution neutralisante dont il est imbibé. Le 25 avril, ces deux rapports sont sur le bureau du ministre de la Guerre, qui décide immédiatement de copier le modèle de protection allemand pour le distribuer à l’ensemble de l’armée.

Baillons

 

Compresses

 

Cagoules

 

Divers STG Lunettes

 

Avis de Droit d'auteur : Toutes les photos et les matériels de site Web sont le Copyright 2003 exclusif de l’auteur  ou appartenant aux déposants respectifs avec leur autorisation et ne peuvent pas être reproduits, stockés dans un système de récupération, ou transmis entièrement ou partiellement, par n'importe quels moyens, électroniques ou mécaniques, la photocopie, l'enregistrement, ou autrement, sans la permission écrite antérieure de l'auteur.